Paris bientôt chauffé au bois

ENERGIE. Les parisiens recevant de la chaleur via le réseau de la Compagnie parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) pourront bientôt se chauffer de manière plus écologique sans augmenter leur facture. Le conseil de paris vient en effet d’accorder à la compagnie le droit d’utiliser des granulés de bois pour chauffer l’eau ou la vapeur qui passe dans vos radiateurs.

A l’heure actuelle, la CPCU chauffe l’eau et la vapeur grâce à du charbon, hautement polluant. Le projet de co-combustion permettra en 2015 de remplacer la moitié du charbon utilisé par des granulés de bois.

La CPCU  distribue de la chaleur dans la capitale par vapeur ou par eau chaude, le tout chauffé grâce à du charbon. Or le projet de co-combustion voté au conseil permettra en 2015 de remplacer la moitié du charbon utilisé par des granulés de bois.

Le Conseil de Paris vient en effet de voter le projet de co-combustion porté par CPCU. D’ici à 2015, la CPCU, basée à Saint-Ouen utilisera de bois L’entreprise distribue de la chaleur dans la capitale par vapeur ou par eau chaude. Son site de Saint-Ouen accueille ses plus importantes unités de chaleur et en particulier, deux chaudières au charbon qui produisent à elles seules 20% de la chaleur distribuée par le réseau de chaleur parisien.

Or le projet de co-combustion voté au conseil permettra en 2015 de remplacer la moitié du charbon utilisé par des granulés de bois.
Résultat : le taux d’Energie Renouvelable et de Récupération (ENR&R) augmentera de 10%, pour atteindre 50% et cela sans avoir à construire de nouvelles installations.
Le projet permettra également de réduire les émissions de CO2 de 17%, ce qui représente quelques 250.000 tonnes de CO2 en moins dans l’atmosphère. Enfin, ces granulés seront acheminés par voie ferrée, contrairement au charbon qui prenait la route.
Par ailleurs il est important de préciser que ce projet sera réalisé à coût neutre pour l’usager, le surcoût engendré par l’achat de granulés étant compensé par le taux de TVA plus bas (5%) qu’autorise l’utilisation de ce combustible plus respectueux de l’environnement.

le projet permettra de réduire de 17% les émissions de CO2 de la CPCU et ainsi d’atteindre

l’objectif fixé par l’Avenant n°10 au contrat de concession : 250 000 tonnes de CO2 seront évitées, soit

l’équivalent des émissions annuelles de l’Administration parisienne.

Les polluants locaux seront également réduits. Ainsi, les rejets atmosphériques

Ainsi, les rejets atmosphériques de NOx doivent être

diminués de 33 %, ceux de SO2 de 35 % et les poussières de 29%. De plus, l’utilisation de la voie douce

– le fer – permettra de supprimer près de 3000 rotations de camions par an.

L’introduction de biomasse dans l’équipement de production de Saint-Ouen représente un investissement

de 75 M€. Ce montant est bien moins élevé que ce que pourrait coûter la construction d’une nouvelle

centrale.

ce projet sera réalisé à coût neutre pour l’usager, le surcoût engendré par l’achat de granulés étant compensé par le taux de TVA plus bas (5%) qu’autorise l’utilisation de ce combustible plus respectueux de l’environnement.

René Dutrey, maire adjoint chargé du développement durable, de l’environnement et du Plan climat, vient de

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :