Le décrochage scolaire dans le viseur de l’Ile de France

EDUCATION. Plus de 29 000 franciliens sont sortis du système scolaire sans formation, ni diplôme l’an dernier.  Pour lutter contre le décrochage scolaire, le Conseil général d’Île de France vient d’adopter une série de mesures qui s’appliqueront dès la rentrée prochaine.
Une centaine de  "décrocheurs" franciliens reprennent le chemin de l'école chaque année. (Photo : uMontreal.ca )

Une centaine de « décrocheurs » franciliens reprennent le chemin de l’école chaque année. (Crédit : uMontreal.ca )

Près de 300 000 adultes franciliens sont illettrés, et un million sont en grande difficulté face à l’écrit. Parmi eux, de nombreux décrocheurs, ces jeunes qui quittent prématurément l’école, en général après 16 ans, sans avoir obtenu de BEP, CAP ou Baccalauréat.

Le décrochage est le résultat d’une accumulation de facteurs : difficultés scolaires, problèmes d’orientation, précarité sociale et manque d’investissement. Pour y remédier, le Conseil Régional d’Île de France débourse chaque année un million d’euros dans le financement de projets autour de thématiques telles que le soutien personnel, la restauration de l’estime de soi, l’accompagnement des élèves, et la rescolarisation des élèves décrocheurs. En 2012, 32 200 décrocheurs ont bénéficié de l’appui du Conseil Régional via des dispositifs spécifiques, des missions locales, ou des structures d’orientation et offres de formation initiale et continue.

En plus de ce financement annuel qui existe depuis 12 ans, la Région va rouvrir son porte-monnaie en septembre prochain pour lutter contre le phénomène du décrochage scolaire. Dans un premier temps, il est question de renforcer l’accès à l’apprentissage (4 000 décrocheurs concernés chaque année) et de soutenir davantage les programmes d’insertion via Avenir Jeunes, destinés aux 16-25 ans.

Développer les micro-lycées

Le Conseil régional souhaite aussi développer les micro-lycées, ces structures proposant des classes de dix à quinze élèves. Il existe actuellement quatre établissements de ce type en île de France, dont trois dans l’Académie de Créteil. Dans le micro-lycée de La Courneuve (Seine Saint-Denis), le taux de réussite au bac a atteint 78% en 2011, un score plus qu’honorable dans ce département,  principal territoire concerné par le phénomène : 6 300 jeunes sont en situation de décrochage, contre 3 300 dans les Hauts-de-Seine.

Dans les cinq prochaines années, le Conseil Régional veut deux micro-lycées par département, soit seize sur l’ensemble de ‘Île de France. Les établissement devront développer les connexions avec lycées, associations, missions locales, etc. et partager les pratiques pédagogiques. Le but recherché est un meilleur maillage du territoire pour abaisser au maximum le risque de décrochage scolaire.

Voici une carte interactive des micro lycées en Île de France :

Boris Letondeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :