Le K.di Lib pour lutter contre les « caddies errants »

SYNERGIE. Pour lutter contre l’abandon des chariots de supermarché dans l’espace public, Michael Schnell, un designer allemand, a inventé  le K.di Lib, un système de bornes de chariots en libre-service pour faciliter le transport de biens dans les zones périurbaines.

Michael Schnell range un chariot dans un prototype virtuel de borne k.di Lib. (Photo : Michael Schnell)

Michael Schnell range un chariot dans un prototype virtuel de borne k.di Lib. (Photo : Michael Schnell)

RER F : Michael, d’où cette idée a-t-elle surgi ?

Michael Schnell : C’était en fait le sujet de mon mémoire de fin d’étude. Je me suis rendu compte que dans certains quartiers, en fin de journée, des dizaines de chariots étaient abandonnés au pied des immeubles. J’ai centré mon analyse sur Les Ulis, en Essonne. Dans cette ville de 25 000 habitants, les cas de « caddies errants » sont légion, car beaucoup d’habitants n’ont pas de voiture. Et pour le supermarché voisin, récupérer les chariots égarés coûte près de 110 000 € par an.

RER F : Comment les K.di Lib fonctionneraient-ils ?

Michael Schnell : Il s’agirait d’installer des bornes à chariots aux endroits où l’on retrouve le plus de « caddies errants ». Pour utiliser un chariot, on utiliserait un système de carte à puce, gratuite, à retirer en mairie. Même principe qu’une consigne : on prend un chariot, on le rapporte une borne, n’importe laquelle. Pour rendre le système attractif, des bonus (réductions spectacles ou activités) seraient accordés aux « bons citoyens » qui remettraient le plus de caddies aux bornes.

Le K.di Lib s’inscrit-il donc dans une démarche de développement durable ?

Michael Schnell : J’ai imaginé un système favorable aux habitants, aux commerces et à la municipalité, et qui permet une plus grande collaboration entre ces acteurs, un vecteur de lien social. Le K.di Lib est aussi une alternative aux transports motorisés pour les trajets les plus courts, il favorise un espace public plus animé et accueillant. Enfin, le principe de consigne est un moyen de responsabiliser la population.

Boris Letondeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :