Seniors : quatre idées pour se loger demain

LOGEMENT. En 2030, la région Ile-de-France aura gagné 1,1 million d’habitants. Parmi eux, 75 % auront plus de 65 ans. RER F vous révèle les quatre solutions pour se loger qui s’offrent aux quadras d’aujourd’hui, les seniors de demain.

Les personnes âgées vivent mieux et plus longtemps.
Comment vous voyez vous dans vingt ans ? 
(Crédit : Metempsych0se)

Que l’on soit un jeune senior (oui, on est considéré senior à partir de 55 ans !) , ou un senior confirmé, c’est la même question qu’on se pose ? Où passer la deuxième partie de son existence ?

Bon, pour certains la question du logement est simple, puisque 51,9 % des Parisiens de plus de 60 ans étaient, en 2007, propriétaires. Mais pour l’autre moitié déménager et s’éloigner de leur résidence principale, et par la même occasion de ses habitudes, risque fort d’être une obligation.

Confrontée à une crise du logement, la Région prévoit de construire 70 000 habitations chaque année. Peu de mots cependant, concernant les projets de maisons de retraites ou autres types d’hébergements destinés aux seniors. Faisons un petit saut dans le temps. Quelles solutions s’offriront à nous d’ici à vingt ans ?

Habiter avec des jeunes, le pari des maisons intergénérationnelles

Vivre dans un immeuble intergénérationnel apporte aux personnes les plus isolées une sécurité et une présence quasi-permanente. Jeunes et moins jeunes se côtoient au quotidien et surtout échangent ! Une seule condition : partager des lieux communs (salle de jeux, buanderies, local…) où l’entraide est de mise et où la solitude s’estompe.

L’initiative est simple, audacieuse et un brin avant-gardiste. Mais aujourd‘hui il est difficile de trouver ce type de logement dans la région. Pour une structure qu’on vante comme celle de l’avenir, il reste encore du boulot pour 2030.

A Paris, il existe seulement un immeuble intergénérationnel. Inauguré le 7 décembre dernier il est situé dans le Xe, rue Chabrol. Mme Lorenzetti, la propriétaire de l’immeuble, est à la source de ce projet. C’est donc une initiative privée. Ni les pouvoirs publics, ni la Région n’ont jusque-là mené à bien un tel programme. Pourtant le concept de cohabitation avec des jeunes cartonne autant qu’il fascine. D’ici à 2030, les pouvoirs publics vont devoir s’engager et s’atteler à développer la solidarité entre les générations pour favoriser une certaine mixité.

Le 47 rue Chabrol à Paris accueille le premier logement intergénérationnel.
(Cabinet Gérald Apperet)

Un exil vers d’autres horizons

A l’image de Dyar Shemsi, une petite ville marocaine sortie de terre en 2009 et réservée exclusivement aux retraités européens, de multiples eldorados pour seniors auront peut-être vu le jour d’ici là. Le Maroc fortement sollicité pour sa proximité avec la France, son ensoleillement et sa francophonie est déjà la destination préférée des retraités français.

Un ryad marocain (Crédit : Flickr)

Un paradis doré dédié à une certaine classe sociale. En 2013, l’achat d’une villa avec une chambre et un jardin de 200 m2 coûtait 119 000 euros et à partir de 241 000 euros pour 3 chambres. Un investissement sur le long terme pour les couples vivant sur place qui souhaitent (re)trouver une douceur de vivre et éviter l’isolement.

L’avantage du Maroc ? La fiscalité. En effet le royaume offre la possibilité aux retraités de payer leurs impôts sur place et de bénéficier d’une réduction de 40 %. Dans 20 ans, il y a donc fort à parier que le million d’exilés français aura su convaincre ses congénères de vivre dans ces paradis fiscaux.

Dans des quartiers entièrement réservés aux personnes de leurs âges

Fini l’image de la personne âgée qui s’isole et se désintéresse du monde. Aujourd’hui, les « vieux » sont de plus en plus actifs et décident même de former des colocations seniors comme la maison des Babayagas de Montreuil. Pour répondre à une demande croissante d’une tranche d’âge hyper motivée, certaines régions ont ouvert des résidences exclusivement dédiées à leur bien-être (pétanque, salle commune, salle de fitness, cabinet médical…)

Vivre ensemble à n'importe quel âge. (Crédit : Wanderlinse)

Vivre ensemble à n’importe quel âge. (Crédit : Wanderlinse)

Mais en attendant que ces structures se développent, il reste la solution classique des maisons de retraites. Selon Retraite Plus, à Paris ce type de structure coûte entre 2700 et 4600 euros. Il faut compter entre 2000 et 2500 euros pour l’Ile-de-France.

Pour les personnes les plus fragiles et malades, il existe les établissements d’hébergements pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Ici, tous les soins nécessaires sont dispensés, mais le prix en est directement impacté. Sur Paris, comptez entre 3 000 et 5 000 euros mensuels (dont environ 2 700 euros à la charge du pensionnaire pour un coût moyen). En Ile-de-France cela varie entre 1 700 et 3 500 euros mensuels (dont environ 2 200 euros à la charge du pensionnaire pour un coût moyen).

Les Yvelines (78) et le Val d’Oise (95) deviendront les champions de l’accueil des seniors tandis que la Seine-Saint-Denis (93) gardera une population très jeune, selon une estimation de l’Insee. Alors d’ici à 2030, Paris perdra son titre et verra son troisième âge forcé de s’exiler en banlieue.

Retourner vivre chez ses enfants et petits-enfants
(Crédit : croquembouche76)

Audette et Paulette ne seraient pas contre. (Crédit : croquembouche76)

Les enfants et petits enfants qui débarquent chez papy/mamie à cause de la crise, faute de revenus suffisant pour se loger, on connaît. Mais si ce phénomène s’inversait en 2030 ?

De retour chez leurs enfants/petits-enfants pour éviter de payer des maisons de retraite aux prix exorbitants. C’est peut-être ça la solution au logement des seniors. Dans d’autres cultures comme celle du Japon, ce modèle familiale s’applique déjà. L’ancêtre est au coeur de la famille et du foyer. On appellera peut-être ce phénomène la « revanche des vieux ». Car après les « boomrangs kids » voici le « come back des mamies ».

Et vous, quelles sont les solutions qui vous tentent ? La rédaction, elle, a fait son choix : le logement intergénérationnel !

Clémentine Sarlat

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :