Paris insolite : pour Bangkok, sortez à Olympiades

TOURISME. À Paris, plusieurs agences de voyages et guides touristiques proposent de partir à la découverte d’un continent… au sein même de la capitale. J’ai testé pour vous « Paris Asie », à la découverte des symboles et coutumes de l’empire du Milieu. Plongée au cœur du « Chinatown » parisien.

Embarquement immédiat pour l’Asie à bord de la ligne de métro 14, direction le XIIIe arrondissement de Paris. Je retrouve la guide à la sortie du métro Olympiades, ainsi qu’un petit groupe de quatre retraités.
Parmi eux : Patricia. Parisienne et retraitée depuis peu, elle tente d’occuper son temps libre en découvrant de nouvelles cultures. Chantal et Nelly, deux amies venues de Poitiers souhaitent voir Paris autrement. Enfin Richard, Rémois, est simplement de passage à Paris.

« C’est un public très provincial qui souhaite découvrir d’autres cultures au sein même de Paris », me confie Ludivine, la guide. Si elle a souhaité mettre en place ces visites, c’est d’abord pour « redorer » l’image de la communauté asiatique en générale, qu’elle estime écornée. Comme lorsque des reportages ont pointé du doigt l’hygiène douteuse de certains restaurants asiatiques.

 Un bref échange, et c’est parti pour deux heures de « périple jaune » au sud de Paris. Une escapade asiatique pour la modique somme de 10 euros.

IMGP4870

La guide Ludivine à droite, et son groupe de touristes (Crédit : S.B.)

IMGP4875

Les tours de la dalle du quartier Olympiades (Crédit : S.B.)

« Ils sont tellement surpeuplés qu’ils ont besoin d’envahir d’autres pays ! »

Première étape de cette « visite ethnique » : la dalle du quartier des Olympiades. Ici, les boutiques en forme de pagodes – sorte de temples bouddhistes – côtoient d’immenses tours de béton, pas franchement typiques. Des tours construites dans les années 1970 pour accueillir les Chinois qui ont voulu fuir le régime communiste . « Là-bas, ils sont tellement surpeuplés qu’ils ont besoin d’envahir d’autres pays ! », lâche Patricia, d’humeur blagueuse.
Sourire gêné de la guide. Au sein de la capitale, on compte plus de 45 000 Parisiens d’origine asiatique. Une communauté qui a su importer ses richesses et fait la joie de ces nouveaux « city-randonneurs ».

IMGP4872

Immeuble de la dalle des Olympiades (Crédit : S.B.)

IMGP4874

HLM du quartier des Olympiades (Crédit : S.B.)

À la rencontre de Bouddha

Pour continuer cette visite, nous nous dirigeons vers l’un des lieux de culte de Bouddha : l’Association des résidents de France d’origine indochinoise. Il faut passer par l’entrée d’un parking caché entre les immenses buildings parisiens. A l’entrée, la luminosité des lampions tranche avec l’obscurité du parking. Monsieur Ly, bénévole au sein de l’association, nous offre des clémentines en signe de bienvenue, ainsi que des billets chinois qui portent bonheur. L’endroit est rempli de chapelles et d’autels en hommage à Bouddha. « C’est comme un dieu pour eux », croit savoir Patricia. « Non, Bouddha n’est pas un dieu, c’est un homme qui a su s’élever », rectifie Ludivine, la guide.

IMGP4878

Association des résidents de France d’origine indochinoise. (Crédit : S.B.)

IMGP4882

Autel bouddhiste de l’association des résidents de France d’origine indochinoise. (Crédit : S.B.)

Visite spirituelle

Une guide presque spirituelle, puisqu’elle nous conduit à présent à la découverte de Notre-Dame-de-Chine : une église catholique construite en 2005. Une découverte étonnante car la religion catholique n’est pas la religion dominante en Asie. En entrant, on découvre un lieu à mi-chemin entre une église et un gymnase. L’espace s’organise en spirale autour de l’autel, et sur les bancs au premier rang, on trouve un petit garçon en train de faire ses devoirs. «  C’est davantage un espace communautaire qu’un lieu de prière », souligne la guide. Le père Paul Wang Jiyou, prêtre dans cette église depuis moins de deux mois, vient me glisser : « Nous avons de plus en plus de touristes français qui viennent nous rendre visite, pourtant cette église n’est absolument pas représentative des coutumes asiatiques. La religion catholique est loin d’être majoritaire sur ce continent, et en Asie nos églises ne sont pas bâties de cette façon ». Bref, pour le côté Chinatown, on repassera.

Notre dame de Chine

Église chinoise catholique Notre-Dame de Chine (Crédit : S.B.)

IMGP4905

Un enfant fait ses devoirs dans l’église Notre-Dame de Chine. (Crédit : S.B.)

McDonald’s, c’est tout ce que je nem

 Je fais part de mon étonnement à Ludivine, qui finit par me lâcher : « Vous savez, le seul bâtiment vraiment typique dans ce quartier finalement, c’est le MacDo’. » Un fast-food américain en forme de pagode, des symboles chinois qui côtoient le « M » de McDonald’s : en matière de restaurant asiatique, on a déjà vu mieux. Dans ce quartier pourtant, les restaurants asiatiques sont nombreux.

Par cette visite « ethnique » de Paris, Ludivine a l’impression de « présenter les bons côtés de la communauté asiatique de Paris et de l’aider à être mieux vue de l’ensemble de la population française. » De l’avis de certains commerçants que nous croisons sur notre passage, cette nouvelle forme de tourisme est une aubaine. Elle permet d’attirer une autre clientèle.

chinatown

McDonald’s, avenue de Choisy. (Crédit : S.B.)

IMGP4912

Vente de durians, fruits traditionnels asiatiques. (Crédit : S.B.)

Paris, ville-continent

Des treks comme celui-là, il en existe d’autres, comme « Paris Afrique » au cœur du quartier de la Goutte-d’Or à Paris. Des visites qui attirent de plus en plus de curieux. A la fin de la balade, Chantal me confie : « Maintenant, j’aimerais bien découvrir la communauté maghrébine. Vous savez, c’est une communauté très fermée. Avant j’habitais à Massy, il y avait un marché en bas de chez moi, tenu par des Maghrébins, ils faisaient beaucoup de bruit et vendaient des longs voiles… Comme des burqas !» De l’est à l’ouest, il n’y a qu’un pas, ou plutôt qu’un métro. Au centre de Paris, le temps d’un City Trek consacré au Maghreb, la Grande Mosquée de Paris accueille tous les touristes… même les plus sceptiques.

Sophie Bé

IMGP4925

Temple de l’Amicale des Teochew. (Crédit : S.B.)

IMGP4944

Patricia, une des touristes, devant l’autel bouddhiste de l’Amicale. (Crédit : S.B.)

– Voir la vidéo « Que recherchent les amateurs de tourisme ethnique ?» :

Publicités

Comments

  1. Justine Boulo says:

    Chouette article et idée originale. Question : comment fait-on pour participer?

  2. Deux agences de tourismes proposent ces visites ethniques : Atalante et Huwans Clubaventure. La prochaine visite avec Huwans a lieu le 2 février : http://www.huwans-clubaventure.fr/voyage/Voyage-Trek-et-randonnee/–Ile-de-France–/RPARASIE2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :